LICENCE PLURIDISCIPLINARITE ET METIERS DE L'ENSEIGNEMENT, DE L'EDUCATION ET DE LA FORMATION

Vous êtes ici :

LICENCE PLURIDISCIPLINARITE ET METIERS DE L'ENSEIGNEMENT, DE L'EDUCATION ET DE LA FORMATION

Résumé

Composante
Domaine
    Sciences, Technologies, Santé
Type de diplôme
    Licence
Modalité de formation
  • Formation initiale
Lieu(x) de la formation
  • Montpellier
  • Nîmes
  • Carcassonne

Présentation

Présentation

La Faculté d’Éducation de l’Université de Montpellier propose, dès   la rentrée 2018, en amont de ses masters MEEF préparatoires à l’exercice du métier d’enseignant, une  licence  pluridisciplinaire  sur les sites de Carcassonne, Montpellier et Nîmes.

IMPORTANT: Pour l'année universitaire 2018/2019, seule la Licence 1 sera ouverte.

Objectifs

– Former dès la 1re année de licence les étudiants qui souhaitent préparer le concours de Professeur des Écoles en s’orientant vers les masters MEEF premier degré.

– Faire acquérir des connaissances et des compétences pluridisciplinaires et professionnelles indispensables à la réussite au concours et à l’exercice du métier.

Savoir faire et compétences

Compétence 1 : Développer et exercer sa pensée critique

Face à la croissance exponentielle de l’information dans nos sociétés contemporaines, face à la multiplicité des sources et aux manipulations de plus en plus fréquentes de l’opinion produites par certaines d’entre elles (complotisme, faits alternatifs, dogmatismes variés, etc.), face aux différents prêt-à-penser, l’université comme l’école se doivent de former des citoyens capables de mettre à distance les objets (images, informations, affirmations, concepts, etc.) en interrogeant leur pertinence, en les contextualisant, en les référant à des cadres variés et en prenant en compte leur complexité. C’est cette mise à distance critique qui permet la constitution d’un point de vue et la production d’un jugement circonstancié et argumenté. Son développement comme son exercice favorisent par là-même un processus de subjectivation et d’émancipation.

 Compétence 2 : Communiquer de façon adaptée

Enseigner et apprendre, c’est aussi communiquer. Ces actes de communication se complexifient aujourd’hui du fait de l’évolution culturelle de nos sociétés, de la multiplicité des moyens et des outils  de communication, de la diversification des publics scolaires, des modalités nouvelles d’enseignement et d’apprentissage, …

Communiquer de façon adaptée nécessite donc d’être capable de prendre en compte les contextes spécifiques aux situations données pour comprendre et produire les langages appropriés. Il s’agit alors de prendre conscience des différences, des écarts entre réception et production d’un message, de mobiliser les savoirs nécessaires à la compréhension et à la production du message, de saisir et prendre en compte les enjeux des situations et adapter les contenus émis aux compétences, connaissances et à la culture des récepteurs.

 Compétence 3 : Exploiter l’information

La multiplication des contenus et des supports d’information amplifiée par la vitesse de diffusion   via internet et les réseaux sociaux nécessite, d’une part, d’être en mesure de hiérarchiser le flux permanent d’informations et ce de manière systématique et raisonnée ; d’autre part, de pouvoir structurer les informations en les reliant aux situations. Ces capacités d’analyse et de compréhension permettent d’effectuer des choix pertinents afin de faciliter l’usage et l’exploitation de l’information.

 Compétence 4 : Développer et exercer sa créativité

Pour faire face aux évolutions de nos sociétés (valorisation de la réalisation de soi, accélération des transformations de la vie professionnelle et quotidienne), il s’agira de mettre en place les conditions de développement et de construction d’un sujet singulier, capable d’inventer, de découvrir, et de réaliser.

Exercer sa créativité c’est poser un regard nouveau sur une situation ou un contexte. En explorant un ensemble de possibles dans une situation donnée, en travaillant un autre rapport à la norme et aux standards, le sujet pourra, à la fois, se développer dans des dimensions imaginaires et symboliques, transformer son rapport au monde et agir sur celui-ci

Compétence 5 : Résoudre des problèmes

Le XXe siècle et l’ère industrielle ont été principalement marqués par le fordisme et le taylorisme, c’est-à-dire par la parcellisation des tâches, l’automatisation et la routinisation des gestes professionnels. À l’école aussi, une même idéologie de la répétition a longtemps dominé la conception de l’apprentissage.

Aujourd’hui, le monde du travail et l’école changent de concert. Les processus cognitifs de haut niveau sont davantage convoqués dans l’une et l’autre sphère : raisonnement, adaptation à des situations nouvelles, production de réponses créatives et non routinières, etc

La  résolution  de  problèmes  contribue  à  développer  ces  processus  en  incitant  l’étudiant         à analyser et interroger les situations complexes auxquelles il est confronté, imaginer des solutions possibles et variées, tester des réponses et tâtonner. Elle favorise un fonctionnement cognitif souple ainsi qu’un rapport au savoir ouvert et non dogmatique.

Compétence 6 : Développer une relation non violente à soi, à l’autre et au groupe

S’estimer, avoir confiance en soi, ne pas se dévaloriser, s’aimer est essentiel pour bien vivre sa vie. C’est également primordial pour trouver sa place dans la société, alors que les relations à l’autre ou à un groupe peuvent parfois se teinter de violence et engendrer des conflits nuisibles à la qualité de relation. Il convient donc, au sein d’un groupe ou dans la relation d’un groupe à un autre, d’être capable de mettre en œuvre et d’accepter l’échange et le partage d’idées.

Chacun doit pouvoir disposer, dans le respect du pluralisme et du principe de neutralité, de la liberté d’information et de la liberté d’expression. Ceci engage l’individu à une relation pacifiée et bienveillante vis-à-vis de l’autre, dans laquelle les conflits, inévitables entre personnalités différentes, doivent rester des occasions pour construire des réponses adaptées aux besoins des uns et des autres.

Le développement d’une telle compétence permet de mieux respecter les différences et de valoriser l’ouverture à ceux qui ne nous ressemblent pas.

 Compétence 7 : Coopérer et travailler en équipe

Être capable de travailler en équipe, de trouver et construire des partenariats, de s’ouvrir au(x) monde(s) de l’autre est devenu une compétence importante dans de nombreuses professions. Pour cela, la coopération constitue une modalité à privilégier parce qu’elle permet l’enrichissement des com- pétences de chacun. Il s’agira donc de mettre au jour et de comprendre les conditions d’un travail coopératif et son intérêt par rapport, en particulier, à la compétition, même si les deux modalités restent complémentaires.

Il s’agira encore d’élaborer des projets, de les mettre en œuvre, de les négocier collectivement : ce sont des facteurs importants pour la socialisation de l’individu.

 Compétence 8 : Se donner des méthodes de travail efficaces

« Les écoles, les collèges, les lycées et les établissements d’enseignement supérieur sont chargés de transmettre et de faire acquérir connaissances et méthodes de travail ». Par cette phrase, et dès 1989, le législateur a mis sur un pied d’égalité la transmission des connaissances et celle des méthodes de travail. L’efficacité des méthodes de travail est donc un point clé de l’apprentissage et de la réussite. Organiser son travail, le planifier de façon méthodique et gérer son temps, … : même si ces méthodes peuvent être construites de manière empirique, des dispositifs doivent être conçus afin de

permettre à chacun d’en éprouver la validité et l’efficacité.

De plus,  interroger  ses  propres  façons  de  faire  à  l’aune  des  résultats  qu’elles  produisent,  les comparer à d’autres choix possibles, réalisés par d’autres dans les mêmes situations, afin de modifier ses propres façons de travailler permet de les faire évoluer et de gagner en efficacité. Cette réflexivité méthodologique, nourrie par la confrontation analysée aux méthodes d’autrui, constitue un levier puissant dans l’amélioration de ses propres méthodes de travail.

Contenu

Contenu de la formation

Organisation de la formation      

– 6 semestres répartis sur 3 ans (L1, L2, L3)

– 250 heures par semestre (1500 heures)

– 30 Unités d’Enseignement

– Cette licence est structurée par un référentiel de 8 compétences cognitives, méthodologiques et relationnelles permettant de faire converger les différentes disciplines vers les attendus des métiers de l’enseignement, de l’éducation et   de la formation.

En L1, elle interroge, elle questionne sur les savoirs disciplinaires de l’École.

En L2, un stage de plusieurs mois est proposé en France ou à l’étranger.

En L3, elle développe les modalités de transmission de ces savoirs disciplinaires aux élèves.

– Ce parcours de licence peut également déboucher, d’une manière plus générale, vers les métiers de la formation et de l’éducation.