• Niveau d'étude visé

    BAC +5

  • Composante

    Faculté des Sciences

Présentation

La mention de Master Biologie-Agrosciences (BA) est une formation co-accréditée entre l’Université de Montpellier et l’Institut Agro de Montpellier. Au plan national, c’est la seule mention à proposer des parcours de Master qui recouvrent l’ensemble des thématiques des sciences de la vie appliquées au vaste domaine des agrosciences en incluant la biologie des plantes, la biologie des microorganismes et de leurs interactions avec tout type d’hôtes, les biotechnologies et les sciences des aliments.

La structuration de la mention en 7 parcours permet de couvrir les différents domaines scientifiques et technologiques cités ci-dessus :

  • 4 parcours en Sciences du Végétal: parcours Biologie des Plantes pour l’Agro-environnement (BiPa), Interactions Plantes-Microorganismes (IPM), Biotechnologie et Amélioration des Plantes Tropicales (BAPT) et Management de l’Expérimentation Végétale (MEV),
  • Parcours Interactions Microorganismes-Hôtes-Environnements (IMHE),
  • Parcours dans le domaine des biotechnologies: Ingénierie Biomoléculaire et nanotechnologies (Ibion-Tec),
  • Parcours en sciences de l’ingénieur pour la conception raisonnée des aliments: Ingénierie pour l’éco-COnception des Aliments (ICOA).

Cette offre de formation (les 7 parcours et les unités d'enseignement proposées dans chaque parcours) est présentée sur le site du Master Biologie, Agrosciences : https://bioagro.edu.umontpellier.fr/master-biologie-agrosciences/ 

L’enseignement s’appuie sur une formation par la recherche grâce au nombre et à la qualité des laboratoires montpelliérains dans tous les domaines abordés, avec une orientation forte vers les secteurs de la recherche publique ou privée dans les parcours BiPa, IPM, BAPT et IMHE. Les parcours MEV, Ibion-Tec et ICOA, tout en s’appuyant sur les laboratoires du site, impliquent un plus fort partenariat avec les professionnels d’entreprises privées.

L’ensemble de la formation développe des dispositifs de pédagogie innovante (TP collaboratifs et transversaux, pédagogie par projet, projets innovants en relation avec une entreprise, organisation d’évènements scientifiques par les étudiants, production scientifique collaborative, laboratoire d’apprentissage interdisciplinaire, …).

Le Master Biologie-Agrosciences propose deux stages obligatoires dans le cursus, un de 3 à 5 mois en M1 et un de 5 à 6 mois en M2. Selon le souhait des étudiants et le parcours qu’ils suivent dans le Master, ces stages peuvent être plus orientés vers la recherche ou vers l’entreprise. Concernant l’orientation recherche, ces stages permettent une formation par la recherche de haut niveau. La richesse du site montpelliérain en laboratoires dans les domaines de la mention (au plan national, Montpellier est le premier site de recherche dans ces champs scientifiques) permet aux étudiants de trouver des stages conformes à leurs attentes en termes de champs d’intérêt et d’objectifs professionnels. Grâce aux réseaux internationaux qu’elle a tissé, l’équipe pédagogique permet également aux étudiants d’effectuer un stage dans des laboratoires en Europe, en Amérique du Nord ou en Amérique Latine, en Australie, en Asie, ou en Afrique.

Pour un nombre limité d’étudiants (2 à 3 par parcours et sélectionnés sur la base de l’excellence de leur dossier académique) désirant acquérir une compétence complémentaire en management de projet, une co-diplomation avec l’Institut d’Administration des Entreprises de Montpellier (IAE Montpellier) peut être proposée.

Lire plus

Objectifs

Le Master Biologie, Agrosciences de Montpellier forme des cadres pour la recherche et le secteur recherche/développement dans les domaines allant des sciences biologiques pour l’agroenvironnement aux biotechnologies et à la valorisation des agroressources. Les diplômés disposeront de bases scientifiques et techniques solides et auront acquis une première expérience professionnelle. Cette mention de Master a pour objectif de former des chefs de projet pour les entreprises de sélection et/ou protection des plantes, de biotechnologies et d’agroalimentaire. Elle a également pour objectif de former des cadres scientifiques pour développer et diriger des travaux de recherche fondamentale ou appliquée, dans des laboratoires publics ou privés, en France comme à l’étranger. 

 

Par la qualité de ses enseignements, la variété de l’offre proposée par ses parcours, le lien extrêmement fort avec la recherche, les partenariats avec des professionnels du secteur privé et ses réseaux de collaborations au niveau international, la mention de Master Biologie, Agrosciences de Montpellier offre de nombreuses opportunités aux étudiants pour construire leur projet professionnel au plus près de leurs aspirations dans un environnement motivant. Les équipes pédagogiques des parcours apportent une aide aux étudiants quant à leur choix de stage en cohérence avec leur projet professionnel. 

Lire plus

Savoir faire et compétences

Savoirs :

  • Acquérir des connaissances approfondies en particulier dans les domaines du parcours choisi par l’étudiant, 
  • Maîtriser les grandes stratégies de recherche utilisées pour aborder les questions scientifiques au cœur du parcours choisi par l’étudiant, 
  • Avoir une bonne vision des outils et concepts de disciplines connexes à mobiliser pour comprendre le fonctionnement du vivant ou sa valorisation (physique, chimie, informatique, …). 
  • Acquérir les compétences en Management et Gestion de projet nécessaire à la formation des cadres.

 

Savoirs-faire : 

  • Savoir mobiliser les concepts et outils de différentes disciplines pour mettre en place une expérimentation, pour analyser des résultats et pour en tirer des conclusions et/ou modèles de fonctionnement. 
  • Savoir identifier les questions posées à différentes échelles d’intégration (molécule, cellule, organisme entier, organisme en relation avec son environnement) et les intégrer dans une réflexion multi-échelles. 
  • Savoir rechercher des informations scientifiques pertinentes pour aborder un problème posé, hiérarchiser ces informations, les confronter, en faire une synthèse et construire des hypothèses de travail pour de nouvelles recherches. 
  • Savoir communiquer avec rigueur et précision tout en s’adaptant au public, via des présentations orales ou écrites. 
  • Savoir mener un projet au sein d’un groupe, identifier et élaborer des collaborations avec des chercheurs ou professionnels apportant des compétences et expertises connexes.

 

Savoirs-être : 

  • Savoir travailler en autonomie, 
  • Savoir travailler en équipe, développer et mettre en œuvre un projet commun
  • Respecter les règles légales, d’éthique et de déontologie scientifiques liées à l’expérimentation, la publication et l’utilisation de documents, au partage de ressources biologiques et au partenariat. 

 

Lire plus

Programme

Le Master Biologie-Agrosciences est structuré en 7 parcours, permettant de couvrir l’ensemble des domaines scientifiques et technologiques de la mention :

1/ Le domaine de la Biologie des Plantes est décliné en 4 parcours. Afin de donner des compétences fortes en biologie des plantes à tous les étudiants, de nombreuses Unités d’Enseignement sont mutualisées, mais des Unités d’Enseignement sont aussi spécifiques à chaque parcours pour offrir aux étudiants une vraie spécialisation et leur permettre d’affiner leur projet professionnel. Ces 4 parcours sont : 

  • Biologie des Plantes pour l’agro-environnement (BiPa)
  • Interactions Plantes-Microorganismes (IPM)
  • Biotechnologie et Amélioration des Plantes Tropicales (BAPT)
  • Management de l’Expérimentation Végétale (MEV)

2/ Le parcours Interactions Microorganismes-Hôtes-Environnements (IMHE) offre une formation en microbiologie et dans tous les aspects de l’écologie et des interactions adaptatives entre les microorganismes, leurs hôtes (plantes, invertébrés, animaux supérieurs, Homme) et leurs environnements naturels ou anthropisés. 

3/ Le parcours Ingénierie Biomoléculaire et Nanobiotechnologies (Ibion-Tec) est une formation pluridisciplinaire (biologie, physique, chimie, électronique …) avec mise en situation des étudiants au travers de projets qui forme des concepteurs et managers de projets R&D en Biotechnologies et nano-biotechnologies dédiées aux méthodes de diagnostic et de détection moléculaire appliquées. 

4/ Le parcours Ingénierie pour l’éco-Conception des Aliments (ICOA) intègre les outils de la conception et de l’élaboration des aliments en considérant l’impact environnemental des procédés et des filières de transformation. A l’interface entre les sciences du vivant (biologie/biotechnologie) et le génie des procédés, cette formation ouvre aux métiers de l’Industrie Agro-Alimentaire (production, R&D) et plus largement aux secteurs dédiés à la transformation et à valorisation des agroressources (matériaux, énergie, pharmacie, cosmétique...). 

Cette offre de formation et les programmes d'enseignement des 7 parcours sont présentés sur le site du Master Biologie, Agrosciences: https://bioagro.edu.umontpellier.fr/master-biologie-agrosciences/

Lire plus

Sélectionnez un programme

Biologie des Plantes pour l’Agro-environnement (BiPa)

Le parcours Biologie des Plantes pour l'Agro-Environnement (BiPa) propose une formation pluridisciplinaire centrée sur les connaissances générées à partir de modèles d'étude majeurs comme Arabidopsis thaliana mais aussi à partir de plantes cultivées s’imposant maintenant comme de vrais modèles (riz, maïs, etc.). Notre formation aborde l'ensemble des thématiques végétalistes (adaptation des plantes aux changements climatiques, biologie du développement, nutrition minérale, écophysiologie, interactions plantes-microorganismes). En complément des approches classiques de la biologie, nous mettons aussi l’accent sur la modélisation et la bioinformatique, disciplines actuellement essentielles à la valorisation des données massives générées au quotidien.

Voir la page complète de ce parcours

Interactions Plantes Microorganismes (IPM)

Les plantes constituent directement et indirectement la base de notre chaîne alimentaire. Dans leur environnement, les plantes sont constamment en association avec des micro-organismes qui constituent leur microbiote. Certains de ces micro-organismes (bactéries, champignons, virus…) nuisent gravement aux récoltes alors que d’autres améliorent globalement leur santé (nutrition, développement ou résistance aux maladies). Par conséquent, une stratégie pour parvenir à relever les défis tant de la production que de la sécurité alimentaire animale ou humaine est donc de comprendre comment les plantes réagissent, s’adaptent et éventuellement tirent profit de la présence de micro-organismes dans leur environnement.

Voir la page complète de ce parcours

Biotechnologie et Amélioration des Plantes Tropicales (BAPT)

Le parcours Biotechnologie et Amélioration des Plantes Tropicales (BAPT) s’appuie sur des unités d'enseignement (UE) communes aux parcours BiPa, IPM, MEV destinées à acquérir un socle de connaissances fondamentales dans les domaines de la génétique et de la génomique, de la biologie cellulaire et moléculaire, de la biologie végétale (développement, écophysiologie, base des interactions avec les microorganismes...) et des outils requis à l’approche scientifique (Statistiques, Bioinformatique, analyse critique, gestion de projet...). Ce tronc commun comprend aussi un stage en M1 et en M2 qui permet à l'étudiant de contribuer à développer un projet de recherche dans un laboratoire d'un institut public ou d'une entreprise privée.

Grâce à des UE spécifiques dont une école thématique spécialisée et au choix d'option proposées en M1 et M2, le parcours Biotechnologie et Amélioration des Plantes Tropicales est orienté sur l’appropriation d’outils de la biotechnologie ainsi que sur une connaissance de la pratique de l’amélioration des plantes ciblant en particulier les principales plantes vivrières ou de rente des milieux méditerranéens et tropicaux. Un module spécifique du M1 partagé avec le parcours IBION-Tec permet d'aborder les approches d'ingénierie visant à la production de phyto-molécules d'intérêt. 

Un des enjeux majeurs du développement, compte tenu de la croissance démographique mondiale prévue dans les prochaines années, est de soutenir l’accroissement de la production agricole dans les pays du Sud dans un contexte de réchauffement climatique global. Ainsi, les deux modules spécifiques du parcours en M2 permettent à l'étudiant de travailler en petits groupes sur un projet autour d'une question de recherche ciblant l'amélioration d'une plante cultivée à des changements du milieu (déficit hydrique, sol pauvre....). Pour cela, il est amené à mobiliser ses connaissances afin d'analyser des phénotypes et des stratégies adaptatives des plantes, de les modéliser et de proposer un objectif d'amélioration (idéoptype). L'école thématique "génomique fonctionnelle des plantes tropicales et méditerranéenne" a pour but d’illustrer, à travers des études de cas, comment les connaissances acquises sur les espèces modèles et l’utilisation de données de génomique sur les espèces encore peu étudiées permettent de concevoir des stratégies d’amélioration classiques ou biotechnologiques adaptées de la résistance aux stress des principales espèces tropicales. Dans cette école qui permet échanges entre étudiants de master, doctorants et chercheurs sont aussi illustrés les montages et les outils de partenariats permettant l'élaboration de recherche collaboratives internationales et interinstitutionnelles ciblant l'aide au développement. A travers les choix d'options qui lui sont proposés l'étudiant pourra affiner sa formation et soit aller plus loin en travaillant sur l'adaptation des plantes au changement climatique ou sur leur résistance aux stress biotiques soit s'ouvrir aux dimensions humaines et sociales de l'amélioration des plantes. Enfin, s'appuyant sur le campus international de Montpellier qui est le premier pôle Européen de recherche en Sciences du Végétal dédiées à l’amélioration des espèces cultivées méditerranéennes et tropicales grâce notamment à l’implantation de l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement), et du CIRAD (Centre de Coopération Internationale en recherche Agronomique pour le Développement), l'étudiant aura accès à un large choix de stages en France ou à l'étranger, lui donnant l'opportunité d'explorer concrètement la réalisation d'une recherche sur une espèce cultivée tropicale et/ou une projection sur un terrain de recherche au Sud en partenariat avec un institut de recherche national ou international. 

Outre cette spécialisation, des compétences additionnelles aux compétences scientifiques sont considérées essentielles dans tous les parcours du Master Biologie, Agrosciences et elles sont totalement intégrées à l’offre du parcours Biotechnologie et Amélioration des Plantes Tropicales. Ceci concerne la recherche documentaire et la gestion et l'exploitation des bases de données, la communication scientifique et le montage, la gestion et la conduite de projet.

Voir la page complète de ce parcours

Management et Expérimentation Végétale (MEV)

La grande majorité des denrées alimentaires végétales sont obtenues grâce à l’agriculture intensive. Cette forme d’agriculture a été mise en place en France après la seconde guerre mondiale. Elle a parfaitement répondu aux demandes sociaux-économiques de l’époque en permettant de produire de la nourriture en quantité et à faible coût.  La mise au point de l’agriculture intensive n’a été possible que grâce à des études de recherches fondamentales dans des domaines variés telles que la biologie et la physiologie végétale, la génétique et l’agronomie. Actuellement, il est couramment admis que les progrès dans les rendements des cultures sont pour moitié dû à l’agronomie et pour autre moitié dus à la génétique. Cette expérience du passé suggère qu’il est nécessaire d’avoir une approche pluridisciplinaire et reposant sur une forte activité de recherche scientifique pour mettre au point un type d’agriculture.

L’agriculture intensive n’a pas que des qualités. Elle repose sur l’usage massif d’intrants (engrais et produits phytosanitaires) qui représente une source de pollution de l’environnement et provoque des problèmes de santé. Il semble donc important de modifier en profondeur les pratiques agriculturales de manière à limiter l’usage d’intrants et passer à un modèle d’agriculture raisonnée.  Ce virage dans les pratiques agricoles a été amorcé depuis une vingtaine d’année mais il est accéléré par le plan ECOPHYTO qui prévoit de faire diminuer l’usage de produit phytosanitaire de 50% en 2018. Cette réforme de l’agriculture doit aussi se faire sous la pression d’une difficulté supplémentaire : le changement climatique.  Pour arriver à développer une agriculture plus respectueuse de l’environnement  dans un contexte de changement climatique,  il est nécessaire d’avoir des approches pluridisciplinaires associant génétique (développement de variétés valorisant mieux l’azote et l’eau, résistantes aux maladies présentes,…), agronomie/physiologie/écologie (adapter les itinéraires culturaux, introduire des micro-organismes, des Stimulateurs de Défense Naturels,…) et de phytopathologie (Développement du Bio-Contrôle,…).  L’expérimentation végétale, moteur de la modification des pratiques agricoles, nécessite donc des cadres capables de rédiger, mener à bien et évaluer des projets.          

 Si les enjeux du développement d’une agriculture raisonnée est importante pour les pays développés, ils sont capitaux pour de nombreux pays du sud qui ne peuvent de toute manière pas s’offrir des engrais ou des produits phytosanitaires. Le CIRAD et l’IRD ont des développés des partenariats avec des centres de recherche des pays du Sud. Les entreprises de semences ou de production (par ex : sucre,…) du sud nécessitent des cadres supérieurs de qualité.

Ce parcours de master a été pensé pour être suivi en alternance. Un certain nombre d’étudiants auront la possibilité d’avoir un double master : MEV (porté par la faculté des sciences) et de management (porté par l’IAE).

Voir la page complète de ce parcours

Interactions Microorganismes-Hôtes-Environnements (IMHE)

La formation IMHE ╩╗Interactions Microorganismes-Hôtes-Environnements╩╝ est originale et unique dans l’offre régionale en proposant aux étudiants une formation, à la fois théorique et par la recherche, en microbiologie environnementale et appliquée. La microbiologie environnementale intègre ici l'étude des microorganismes (procaryotes, eucaryotes et virus) dans les écosystèmes associés ou non, à l'Homme et aux animaux.

Le master IMHE vise une connaissance approfondie des systèmes microbiens avec une démarche intégrative, abordant aussi bien l’étude des microorganismes en tant que cellules, populations et communautés dans leur environnement, que les interactions avec leurs hôtes (homme, animaux, plantes) et vecteurs. La formation aborde les interactions à l’échelle moléculaire, cellulaire et à l’échelle des communautés microbiennes, ainsi que l’effet des facteurs biotiques et abiotiques sur ces interactions. Elle approfondit le rôle des microorganismes dans le fonctionnement des écosystèmes, naturels et anthropisés. Les volets pratiques et finalisés de la microbiologie sont également traités, notamment les applications de la biomasse et de la diversité microbiennes dans les domaines de l'agriculture, de l'environnement, de la santé et des biotechnologies.

Des combinatoires d’Unités d’Enseignement (UE) permettent de proposer deux profils, l’un tourné vers la « Recherche Fondamentale » (profil 1), tandis que l’autre est plus axé vers la « Recherche & Développement » (profil 2). Cette formation offre ainsi aux étudiants la possibilité de répondre à des objectifs professionnels diversifiés, avec un fort taux de placement des étudiants en Doctorat (40 à 50%) ou des débouchés professionnels en entreprise directement à l’issue de la formation. La formation est ouverte à l'apprentissage.

Cette formation s’adosse à la forte communauté de recherche régionale dans le champ de l’étude des microorganismes et s’appuie sur une implication forte de chercheurs, enseignants-chercheurs, et d’industriels de cette communauté présents à Montpellier et plus largement en région Occitanie.

Mots clés : Microorganismes, Microbiologie environnementale, Ecologie microbienne, Microbiote, Emergence, Résistance, Adaptation, Symbiose, Parasitisme, (Méta)génomique, Valorisations microbiennes, Bactéries, Archées, Virus, Champignons, Microorganismes eucaryotes.

Site web: https://bioagro.edu.umontpellier.fr/master-biologie-agrosciences/interactions-microorg-hotes/

(le site web est en cours de mise à jour)

Candidatures en M1 (ouverture le 19/04/21): https://ecandidat.umontpellier.fr/ 

Candidatures en M2 (ouverture le 19/04/21): https://candidature.umontpellier.fr/candidature/

 

Voir la page complète de ce parcours

Ingénierie Bio-moléculaires et nanobiotechnologies (IBION-Tec)

Le parcours IBION-Tec offre aux étudiants la possibilité d'acquérir des compétences à l’interface des Sciences de l’Ingénieur et des Sciences du Vivant. Cette spécialité de Master se positionne très clairement aux interfaces de la Biologie, de la Physique – électronique et de la Chimie. Elle ouvre le champs de compétences des étudiants sur des techniques innovantes et performantes que sont les Biotechnologies et nano-biotechnologies facilitant leur intégration dans les centres de recherche et les Industries. Cette spécialité offre un socle de compétence dédié au domaine de la détection biomoléculaire appliquée au diagnostic. 

Sa force est de couvrir un large éventail de métiers, en Recherche et Développement, dans les domaines du diagnostic et de la traçabilité, de l’échelle moléculaire à l’échelle du procédé industriel.

Ce Master met l'accent sur la conception d'outils innovants dédiés au diagnostic et à la traçabilité. Cette "partie conception" de la formation se déroule sur les deux années de formation en offrant aux étudiants l'accès aux différentes plateformes technologiques et salles de travaux pratiques. L'objectif est d'aboutir collectivement à un projet conduit jusqu'à sa faisabilité, voir à l'élaboration d'un prototype pour une innovation par an dans le domaine des techniques de détection.

La qualité de vie des citoyens est au cœur des préoccupations de la formation avec la prise en compte de la sécurité alimentaire et la sécurité des soins dans un contexte de développement durable. 

L’objectif d'IBION-Tec est de faire acquérir en accord avec la règlementation européenne les outils de diagnostic et de détection au service de la traçabilité (médical, agronomique, alimentaire, etc...).

Voir la page complète de ce parcours

Ingénierie et eco-COnception des Aliments (ICOA)

Le parcours Ingénierie pour l'éco-conception des aliments (ICOA), formation initiale ou en apprentissage intégrée au sein de la mention Biologie Agrosciences, est co-accrédité par l’Université de Montpellier et l'Institut Agro de Montpellier (Etablissement national d'enseignement supérieur pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement). Il se positionne à l’interface entre ingénierie des procédés et sciences du vivant et propose une approche intégrée de la conception des aliments alliant connaissance des procédés (physiques et biologiques) et maîtrise de la qualité organoleptique et nutritionnelle des produits inscrite dans une démarche de réduction des impacts environnementaux des filières.

Les champs disciplinaires majeurs sur lesquels sont fondés les enseignements relèvent des sciences de l’ingénieur et sont : la Biotechnologie, les Sciences des Aliments, la physico-chimie, la Chimie Verte et le Génie des procédés durables. Cette formation fortement pluridisciplinaire permet une insertion professionnelle dans l’ensemble des métiers de l’Industrie Agro-Alimentaire (production, R&D, Contrôle Qualité) et plus largement dans tous les secteurs dédiés à la valorisation des agroressources (matériaux,  énergie, pharmacie, cosmétique...).

Les deux années sont ponctuées d’un stage (respectivement de minimum 3 mois et 5 mois en M1 et M2) que l’étudiant peut identifier au sein d’un très large catalogue de terrain de stage à disposition ou en sollicitant le réseau actif des anciens de la formation.

Pour un nombre limité d’étudiants (2 à 3 sélectionnés sur la base de leur dossier académique et de leur projet professionnel) désirant acquérir une compétence complémentaire en management de projet, une co-diplômation avec l’Institut d’Administration des Entreprises de Montpellier (IAE Montpellier) peut être proposée. Moyennant le choix d’une UE supplémentaire de 5 ECTS en lien avec les thématiques du management, l’étudiant pourra se prévaloir d’un double diplôme de master : Master ICOA et Master de Management des Technologie et des Sciences.  

Voir la page complète de ce parcours

Admission

Conditions d'accès

Les candidatures aux parcours du Master Biologie, Agrosciences doivent être déposées via l'application e-candidat sur le site de la Faculté des Sciences : https://sciences.edu.umontpellier.fr/candidatures-admissions-je-netais-pas-etudiant-etudiante-a-la-fds-en-2020-2021/ entre le 19 avril et le 2 juillet 2021. Les candidats doivent déposer l'ensemble des pièces demandées, les dossiers incomplets n'étant pas évalués.

Chaque dossier de candidature est étudié par une commission pédagogique de recrutement spécifique au parcours auquel candidate l'étudiant.

Lire plus

Modalités d'inscription

Les candidats retenus doivent effectuer leur inscription administrative dès que possible, tout début septembre, puis procéder à une inscription pédagogique indiquant les Unités d'Enseignement choisies pour le semestre.

Lire plus

Public cible

Le Master Biologie, Agrosciences est accessible à des étudiants titulaires d’une Licence en Sciences de la Vie ou équivalent (Bachelor Universitaire de Technologie en Génie Biologique), avec des connaissances minimales spécifiques au parcours de Master visé. 

Lire plus

Pré-requis nécessaires

Ceux-ci diffèrent d’un parcours à l’autre et l’étudiant est invité à lire la rubrique « pré-requis » du parcours auquel il souhaite candidater. 

En règle générale, des connaissances attestées en biochimie, biologie moléculaire, biologie cellulaire, microbiologie de niveau Licence sont requises. D’autre part, un niveau minimal de langue anglaise permettant de lire des textes scientifiques en langue anglaise est requis. 

A ces pré-requis, il faut ajouter des connaissances de base en physiologie végétale pour les parcours BiPa, IPM, BAPT et MEV, en microbiologie pour IMHE, en biotechnologie, immunologie et chimie organique pour Ibion-Tec et en sciences de l’ingénieur et génie des procédés pour ICOA. 

Lire plus

Pré-requis recommandés

Ils diffèrent selon les parcours. Un niveau minimal en statistiques et en informatique est un plus pour tous les parcours.

Lire plus

Et après

Poursuite d'études

Pour ceux qui le souhaitent, le Master Biologie, Agrosciences ouvre sur une poursuite en Doctorat en sortie de Master, en France ou à l’étranger où les diplômés de ce Master sont très appréciés. 

Certains étudiants complètent leur formation en biologie ou biotechnologie dans le Master Biologie, Agrosciences par une formation en management pour se diriger vers l’entreprenariat, ou vers la bioinformatique pour renforcer des compétences à l’interface de la biologie expérimentale et de l’informatique.

Lire plus

Poursuite d'études à l'étranger

Grâce au réseau exceptionnel de collaborations internationales entretenues par les laboratoires de Montpellier et aux nombreux liens entre les équipes pédagogiques du Master et des laboratoires étrangers, les stages de M1 comme de M2 peuvent être réalisés à l’étranger (principalement Europe et Amérique du Nord, mais aussi Asie, Afrique et Amérique Latine). Ceci donne l’opportunité à des étudiants d’effectuer un PhD dans le laboratoire d’accueil ou d’intégrer des programmes internationaux de PhD. Cette possibilité n’est pas restreinte aux étudiants réalisant leur stage de Master à l’étranger, elle est aussi largement ouverte à ceux qui réalisent leurs stages à Montpellier ou dans d’autres centres de recherche en France.

Lire plus

Insertion professionnelle

  • Contrats Doctoraux
  • Organismes de recherche, nationaux et internationaux
  • Secteur Recherche et Développement en entreprise privée
Lire plus